06.51.31.59.46 du lundi au vendredi de 9h à 19h

Qu’est ce que l’énurésie nocturne (ou le pipi au lit)

La nature au service du sommeil de bébé

Qu’est ce que l’énurésie nocturne (ou le pipi au lit)

Qu’est-ce que l’énurésie nocturne ?

L’énurésie nocturne c’est un enfant qui contrôle son sphincter durant la journée, mais qui fait pipi au lit la nuit il souffre de ce que l’on appelle l’énurésie nocturne.

L’enfant aura alors déjà atteint un âge où il n’est plus normal de faire pipi au lit, soit entre 5 et 6 ans et reprend soudainement les pipis au lit après s’être arrêté assez longtemps auparavant. On parlera alors d’énurésie secondaire contrairement à l’enfant qui n’aura jamais été propre et qui est plus concerné par l’énurésie primaire.

Il se peut aussi que l’enfant ressente des douleurs lorsqu’il urine ou encore qu’il a souvent soif et qu’il ronfle durant son sommeil. Il s’agit là d’autant de symptômes possibles de l’énurésie nocturne.

On vous donne ici plus détails sur ce qu’est réellement ce phénomène et sur tout ce qu’il faut savoir pour le traiter convenablement :

Le pipi au lit ne doit pas être un tabou
Le drame de l’énurésie isole l’enfant

Reconnaître le syndrome du « pipi au lit »

Tout d’abord, il faut savoir que faire pipi au lit constitue comportement normal pour les enfants de 2 à 4 ans. Ainsi, ils peuvent avoir le contrôle de leur vessie durant la journée et ne pas retenir leur urine la nuit.

Il leur faut alors quelques temps, soit quelques mois si ce n’est quelques années pour être capables de se retenir la nuit ou du moins de se réveiller pour aller aux toilettes en cas de besoin.

Toutefois, certains enfants prennent leur temps pour arriver à cette normalité. En France par exemple, 15% des enfants âgés de 5 ans sont encore concernés par l’énurésie nocturne. Il en est de même pour 6 à 8% des enfants de 8 ans.

Bien qu’il n’y ait encore aucune certitude à ce sujet, certains chercheurs expliquent ce phénomène par le facteur héréditaire.

Quels sont les risques pour l’enfant

Il faut dire que les risques de faire de l’énurésie nocturne augmentent de 25% chez les enfants dont l’un des parents a souffert du même problème. Ce risque remonte à 65% pour les enfants ayant les deux parents concernés durant leur enfance par l’énurésie nocturne.

Ainsi, l’énurésie nocturne se manifeste par un retard chez certains enfants dans leur capacité à contrôler leur vessie durant le sommeil. On ne peut pas à proprement parler ici d’une maladie pas plus que d’un trouble psychologique ou encore émotionnel. Il s’agirait plutôt d’une étape à franchir dans le développement normal des enfants, mais que certains ont du mal à traverser.

C’est la raison pour laquelle il faut avant tout penser que l’énurésie nocturne, quelle que soit sa durée est vouée à disparaitre peu à peu au fur et à mesure que l’enfant grandit.

Quelles sont les causes de l’énurésie ?

S’agissant toutefois d’un phénomène propre à toucher l’estime de soi de nos enfants, il est recommandé de veiller avant tout à ne pas dramatiser la situation au risque de culpabiliser nos enfants.

Dans certains cas rares, l’énurésie nocturne peut provenir d’une cause physiologique telle qu’une infection urinaire, une apnée du sommeil… Cette possibilité est surtout envisagée dans les cas où l’enfant était déjà propre durant une certaine période et refait pipi au lit du jour au lendemain.

Dans cette hypothèse, l’énurésie nocturne peut aussi avoir une origine psychologique qui peut être constituée soit par une période de stress, soit par un trouble comportemental ou un tout autre facteur.

Il est donc possible qu’elle soit la manifestation d’un stress vécu par l’enfant dont la cause peut être aussi inattendue qu’un petit frère ou une petite sœur qui arrive dans la famille, l’entrée en garderie…

Il faut savoir que dans la pratique, l’énurésie nocturne concerne surtout les enfants se situant entre l’âge de 5 et 10 ans.

Soutenir un enfant souffrant d’énurésie nocturne

Avant même de penser au traitement, il faut savoir que certaines dispositions peuvent être prises par les parents pour soulager les enfants souffrant d’énurésie nocturne.

S’agissant d’un acte involontaire, faire pipi au lit ne doit avant tout pas impliquer une punition ni même un seul brin de moquerie de la part de l’entourage. Bien au contraire, il faut plus que jamais positiver la situation en apportant un minimum d’encouragement.

Ensuite, pour ne pas aggraver le phénomène, il serait judicieux de limiter les boissons que l’on donne à l’enfant lorsque vient le soir d’autant plus s’il s’agit d’excitants comme le café ou encore de boissons gazeuses.

Le meilleur réflexe à avoir est aussi d’inviter l’enfant à faire pipi avant d’aller dormir. Ici, le port de couche ne constitue pas une solution. Il est encore préférable d’opter pour des culottes épaisses ou encore des vêtements d’entrainement.

Vous pouvez aussi protéger le matelas en optant pour une protection en plastique en-dessous du drap ou même en choisissant un matelas lavable et recyclable, la solution idéale pour apporter un minimum de confort à un enfant souffrant d’énurésie nocturne.

A ceux qui changent immédiatement les vêtements des enfants après qu’ils aient fait pipi au lit, il est essentiel de rappeler qu’un tel geste ne doit pas aller au détriment d’une bonne nuit de sommeil. Il suffit de laisser à proximité de l’enfant le nécessaire pour se changer dès lors qu’il se réveille et qu’il sente le besoin de revenir à la propreté.

Il peut aussi être important de mettre une veilleuse à disposition de l’enfant et ce, afin qu’il puisse aller facilement aux toilettes en cas de besoin.

Comment aider votre enfant fasse au pipi au lit

Les enfants qui font pipi au lit la nuit ont aussi besoin de bien se nettoyer le matin. Il peut également être utile de leur appliquer un produit contre les irritations que peut entrainer le contact prolongé avec l’urine.

Enfin, il peut être intéressant d’inviter votre enfant à participer au nettoyage de sa literie et de son pyjama sans que cela paraisse comme étant une punition. Il s’agit au contraire d’un encouragement, car on montre que faire pipi au lit peut certes causer des désagréments, mais ceux-ci peuvent se régler facilement.

Il en ressortira que votre enfant aura moins de culpabilité. Ce sera alors l’occasion de le soutenir dans ses efforts pour ne plus faire pipi au lit. Il ou elle doit savoir que d’autres enfants vivent également le même périple. Ce n’est que lorsque la situation perdure trop longtemps que consulter un médecin devient nécessaire.

Passer par un médecin dans certaines situations

Il est de principe que l’énurésie nocturne ne constitue pas en soi une maladie. A priori, un traitement médical n’est donc pas nécessaire.

Toutefois, lorsque la situation perdure et que l’enfant à plus de 6 ans ou qu’il ressent un véritable gêne par rapport à la situation, consulter un médecin peut constituer une solution.

En premier lieu il pourra tout d’abord préconiser l’utilisation d’une alarme qui viendrait se déclencher lorsque l’enfant commence à uriner dans son sommeil. Elle servira à l’enfant de guide pour acquérir le réflexe de se réveiller à chaque fois qu’il aura besoin de libérer sa vessie.

Ce dispositif a montré son efficacité à long terme sur 70% des enfants concernés par l’énurésie nocturne. Son seul inconvénient se trouve dans le fait qu’il peut réveiller d’autres personnes. Ainsi l’enfant peut perturber le sommeil du reste de la maison.

A part l’alarme pipi qui se présente comme une éducation comportementale, le médecin par contre peut aussi prescrire des médicaments pour lutter contre l’énurésie nocturne.

Il s’agit d’un traitement visant à diminuer la production d’urine durant le sommeil. L’avantage d’un tel traitement se trouve dans le fait que l’enfant peut alors sortir du cadre familial et profiter de nuits avec ses amis ou en camp de vacances sans risquer la moquerie des autres.

Un médecin peut aider l’enfant à vaincre son problème

Entre autre il peut aussi arriver que le médecin prescrive un antidépresseur ou encore un anticholinergique, mais il s’agit là de traitements dont le mécanisme n’est pas encore clair. Ils pourraient soit réduire les spasmes de la vessie soit induire un sommeil moins profond ce qui permet à l’enfant de se diriger vers les toilettes lorsqu’il aura envie d’uriner durant la nuit.

Comme tout médicament, ces traitements ne se passent pas d’effets indésirables éventuels. A cela s’ajoute encore le fait que leur efficacité n’est pas acquise ce qui fait qu’ils ne doivent être envisagés qu’en dernier recours.

La prévention

Pour ce qui est de la prévention, force est aussi d’admettre qu’il n’existe pas à proprement parler de gestes ou de précautions à prendre pour que son enfant ne soit pas concerné par l’énurésie nocturne.

A tous les coups, il fera pipi au lit durant son plus jeune âge. Alors que dans un premier temps il ne s’agira d’énurésie nocturne qu’à partir du moment où cela survient alors qu’il était déjà propre 6 mois. Et dans un second temps lorsque la situation perdure alors qu’il a déjà passé l’âge de faire pipi au lit.

Avec le temps, la situation peut alors se régler d’elle-même. Les parents doivent prendre leur mal en patience et adopter les mesures qui s’imposent pour mettre l’enfant dans le confort et surtout pour ne pas le culpabiliser.

Les différents dispositifs pour aider votre enfant

Évidement et heureusement, les dispositifs tels que les matelas lavables existent et de nombreuses précautions peuvent être prises pour que l’enfant ressente le moins de désagrément possible malgré sa condition.

Tout ceci pour dire que le meilleur traitement de l’énurésie nocturne reste encore la prise de simples mesures éducatives et hygiéniques. Il faut inculquer à l’enfant le fait que rien de ce qui lui arrive n’est sa faute tout en lui apprenant à être à l’écoute de sa vessie, à aller aux toilettes de manière régulière, à ne pas se retenir lorsqu’il a envie d’uriner…

Le traitement médicamenteux ne pourra en aucun cas être systématique. Il n’interviendra que si le médecin l’estime réellement nécessaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *